Tentatives de formation d’un syndicat dans le Sheraton en Algérie

Cher/Chère
Gabriele Guglielmi

FILCAMS CGIL International Policies Coordinator

Merci d’avoir envoyé le message suivant:

Messieurs,

Le 26 juin, les employés/es du complexe Sheraton Club des Pins ont annoncé leur intention de former un syndicat par une pétition contenant quelques 300 signatures. Au lieu de donner suite à leur demande de tenir une assemblée générale constitutive, conformément aux dispositions en vigueur, la direction a réagi en licenciant 3 délégués syndicaux, en entamant une action en justice à l’encontre des 5 délégués et en licenciant la quasi totalité du personnel à la suite de protestations nées d’une frustration profonde et compréhensible.
La direction a ensuite convoqué les employés/es à des entretiens avec les responsables de ressources humaines et leur a présenté des avis de licenciement ou des amendes, sans préavis, et des déclarations par lesquelles ils/elles renoncent à être accompagnés/es et assistés/es par un/e collègue ou un conseiller juridique. Ces actions contreviennent à toutes les normes internationales.
Je vous demande instamment de prendre toutes les mesures nécessaires pour la réintégration immédiate et sans conditions de tous les employés/es licenciés/es à leurs anciens postes et d’entamer un dialogue constructif avec ces employés/es et leurs représentants/es.

Veuillez agréer, Messieurs, l’expression de ma considération

Dear Sirs
On June 26 workers at the Sheraton Club des Pins officially announced their intention to form a trade union with a petition containing some 300 signatures. Rather than responding to their request to hold a founding assembly, in accordance with the standard procedures, management responded by dismissing 3 union delegates, initiating legal proceedings against the 5 delegates and then proceeding to dismiss virtually the entire staff following a protest born of deep and understandable frustration.
Management then summonsed workers to meetings with human resource managers and presented them with notices of dismissal or fines, without warning, and statements in which they renounce their right to be accompanied and assisted by another colleague or by legal counsel. These procedures contravene all international norms and standards.
I therefore urge you to take the necessary actions to have all dismissed employees immediately and unconditionally reinstated to their former positions and to enter into a constructive dialogue with these employees and their representatives.
Yours sincerely,

Vous pouvez participer à d’autres campagnes de l’UITA en cliquant ici: http://www.iuf.org/cgi-bin/campaigns/currentcampaignsfr.pl