Des militants syndicaux de McDonald’s à Bruxelles

CONFEDERATION INTERNATIONALE DES SYNDICATS LIBRES (CISL)

CISL en ligne
172/101002/DP

Des militants syndicaux de McDonald’s à Bruxelles

Bruxelles, 10 octobre : Aujourd’hui, des membres du Parlement européen rencontreront des militants syndicaux de McDonald’s venus de toutes les régions du globe pour discuter des activités antisyndicales de l’entreprise et de ce qui se cache derrière la fameuse « Our People Promise » (promesse faite aux employés) de McDonald’s. Theo Bouwman, président du Comité du Parlement européen sur l’emploi et les affaires sociales sera au nombre des parlementaires européens présents à la réunion.

Pour attirer l’attention sur les questions à soulever à la réunion, les militants syndicaux distribueront des feuillets aux clients du McDonald’s de la Rue Neuve à l’heure du déjeuner (13.00 – 14.30 h) pour les sensibiliser à la manière dont la multinationale traite ses travailleurs dans le monde.

Les expériences vécues dans tous les coins du monde par les travailleurs qui, chez McDonald’s cherchent à former des syndicats et des conseils d’entreprise, s’inscrivent en faux contre l’affirmation de l’entreprise d’être « le meilleur employeur dans le monde ».

« Ce n’est pas parce que des entreprises prétendent être socialement responsables que cela veut dire qu’elles le sont. L’hypocrisie affichée par McDonald’s à cet égard montre clairement que les entreprises ne devraient pas être autorisées à dicter leurs règles en cette matière », a fait observer Dwight Justice, un spécialiste des questions des entreprises multinationales à la CISL.

Les syndicalistes attireront également l’attention des membres du Parlement européen sur la nécessité d’analyser comment d’importantes opérations de franchise peuvent saper les droits des travailleurs. McDonald’s réussit souvent à éviter de traiter avec les syndicats parce que 80 pour cent de ses restaurants sont en franchise et sont considérés comme appartenant à des propriétaires indépendants. Mais les conditions strictes dans lesquelles les franchises de McDonald’s doivent fonctionner engendrent en fait des situations dans lesquelles c’est McDonald’s, et non les franchisés, qui semble dicter la politique relative aux conditions de travail et aux salaires.

Les membres du Parlement européen écouteront les témoignages de ce groupe de syndicalistes venus notamment d’Argentine, des Pays-Bas, d’Allemagne, d’Italie, des Philippines, de Russie et des Etats-Unis, à propos des activités antisyndicales de l’entreprise dans le monde. Ils apprendront comment McDonald’s :

- a détruit un syndicat à Moscou, même après que les autorités eurent obligé l’entreprise de signer une convention collective avec ce syndicat ;
- a fermé un restaurant en Allemagne pour éviter de devoir traiter avec un conseil d’entreprise ;
- a fait un mauvais usage de la loi pour empêcher l’établissement de syndicats aux Philippines.

Lien vers le rapport de l’UITA: «La responsabilité sociale» de McDonald’s: un programme antisyndical classique:
http://www.iuf.org.uk/cgi-bin/editorials/db.cgi?db=default&ww=1&uid=default&ID=49&view_records=1&en=1

Cette réunion est organisée à l’initiative de la Confédération syndicale néerlandaise (FNV) et de l’Horecabond de la FNV, en coopération avec la Confédération internationale des syndicats libres (CISL) et l’Union internationale des travailleurs de l’alimentation, de l’agriculture, de l’hôtellerie-restauration, du tabac et des branches connexes (UITA).

La CISL représente 157 millions de travailleurs de 225 organisations affiliées réparties dans 148 pays et territoires. La CISL est également membre du Groupement Global Unions : http://www.global-unions.org

Pour plus d’informations, veuillez contacter le Service presse de la CISL au +32 2 224 02 32 or +32 476 621018.